Infos
  • LE PARCOURS DU DAKAR 2018 SERA PRESENTE LE 22 MARS...SOYEZ ATTENTIFS AUX NOUVEAUTES!!

Concurrents

309 - Team Peugeot Total

retour

PILOTE

Sebastien Loeb

Palmarès Dakar :

    • 2016 : 9ème (4 victoires d’étapes)

Palmarès Autres Courses :

    • 2016 : Silk Way Rally (7ème)
    • Championnat du monde de Rally-Cross (1 victoire à Riga)
    • 2015 : WTCC, 3ème du championnat du monde
    • 2014 : WTCC, 3ème du championnat du monde
    • 2013 : Victoire à Pikes Peak, record de l’ascension
    • 2004-2013 : 9 titres de champion du monde WRC, 78 victoires

COPILOTE

Daniel Elena

  • Date de naissance : 26/10/1972 à Monaco
  • Sponsors : Peugeot, Total, RedBull

Palmarès Dakar :

    • 2016 : 9ème (4 victoires d’étapes)

Palmarès Autres Courses :

    • 2016 : Silk Way Rally (7ème)
    • 2004-2013 : 9 titres de champion du monde WRC, 78 victoires

Véhicule

3008 DKR PEUGEOT

  • Marque : PEUGEOT
  • Modèle : 3008 DKR
  • Préparateur : Team Peugeot Total
  • Assistance : Team Peugeot Total
  • Classe : T1.4 2 roues motrices, diesel

Vidéos & Réactions

étape 12 Réaction
« Il va falloir persévérer »
étape 11 Réaction
« Il fallait bien que la bagarre se termine »
étape 10 Réaction
« Je n'ai jamais roulé aussi vite sur le...
étape 9 Réaction
« On est là pour faire gagner Peugeot avant...
étape 8 Réaction
« Pas de chance, nous avons crevé »
étape 7 Réaction
« Au moins, on ne s'est pas fait doubler »
étape 4 Réaction
« Je n'ai pas tout compris, mais on est là »
étape 3 Réaction
« J'ai jardiné, et j'ai crevé »
étape 2 Réaction
« Ce n'est pas moi qui ai la pression, c'est...
étape 1 Réaction
« Je ne voulais pas prendre de risques »
j - Réaction
Sébastien Loeb : « On part pour une aventure »

Classement

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Scratch 6 1 3 5 1 - 2 1 - 2 1 1
étape 6 1 3 5 1 - 2 1 - 2 1 1
Général 6 1 1 4 2 2 2 1 1 2 2 2

« Il y a encore un peu de travail »


Pour aborder son nouveau défi, Sébastien Loeb a adopté l'année dernière un profil modeste qui correspond à son tempérament discret et réservé. Mais une fois embarqué dans sa Peugeot 2008 DKR pour ses premiers tours de roues sur le Dakar, son coup de volant a fait des ravages. Dès la première « vraie » spéciale disputée en janvier 2016, le plus grand pilote de rallye de tous les temps imposait sa supériorité. Son sens des trajectoires constituant un atout majeur sur les pistes typées WRC figurant au programme argentin, Loeb a de nouveau fait rugir le Lion le lendemain, puis terminé en tête du classement général la première semaine du Dakar. La question de savoir s'il parviendrait à s'imposer à sa première participation, comme l'avait fait Ari Vatanen en 1987 (dans une 205 Peugeot), devenait alors légitime. Mais l'as du volant a manqué sa reprise ! Sur un secteur de dunes de l'étape de Belen, l'Alsacien partait à la faute… et son auto en tonneaux. Ce jour-là, l'apprentissage du rallye raid s'est fait dans la douleur. Pas de quoi pour autant dissuader le champion, qui terminait le rallye sur une quatrième victoire de spéciale, une 9ème place au général et surtout « l'envie de revenir ». Le duo que Loeb forme avec Daniel Elena s'est exercé cet été sur le Silk Way Rally, en remportant notamment une grosse étape de dunes, mais a aussi commis une nouvelle erreur de jeunesse en navigation. Le genre de boulette qui ne pardonne pas lorsqu'on vise une victoire sur le Dakar, mais qui aura certainement servi de leçon…


S.L. : « Je garde deux images extrêmes du Dakar 2016. La première, positive, quand je fais le meilleur temps à l'arrivée de la première spéciale. Je ne m'y attendais pas du tout, je n'avais vraiment pas l'impression d'avoir roulé très fort. Et l'image négative, c'est la galère dans le sable. Là, on ne jouait plus la victoire, puisque les tonneaux, on les avait faits la veille. Donc, on se dit juste : “La galère continue.” Mais pour mon apprentissage, c'était important d'aller au bout.
Le plus dur reste le hors-piste, pour Daniel comme pour moi. Il n'est jamais facile de rouler en confiance quand tu découvres différentes variétés de terrains : dunes, dunettes, broussailles, rios. Trouver le bon rythme dans ces configurations n'est pas simple. Parfois tu te dis : “Là, je peux rouler plus vite.'' Mais s'il y a une saignée, tu te fracasses. Il faut vraiment appréhender le bon niveau d'attaque. C'est un point important sur lequel on doit bosser. Dans les dunes, on ne s'y prend pas trop mal. A priori, j'aime bien l'exercice même si je ne suis pas à l'abri de me poser en équilibre au sommet. Il faut qu'on apprenne à mieux utiliser le dégonflage des pneus. Globalement on est plutôt bien sur le plan de la vitesse. Sur le Silk Way on a ouvert la piste quasiment tous les jours, ce qui ne nous a pas vraiment aidés pour remporter des spéciales. Dans le sable, on était plutôt dans le coup et, dans le hors-piste, c'est plutôt pas mal non plus. Il y a encore un peu de travail : le souci n'est pas forcément la technique de franchissement des dunes, mais plutôt de savoir dire stop quand cela ne va pas et reculer au lieu d'insister. Il ne faut pas attendre d'être posé avant de faire marche arrière ou demi-tour. Les autres aussi le font ! »

Diffuseurs TV officiels