Infos
  • LE PARCOURS DU DAKAR 2018 SERA PRESENTE LE 22 MARS...SOYEZ ATTENTIFS AUX NOUVEAUTES!!

ÉTAPE 5

Tupiza > Oruro - 692 Km

retour

Classement étape 5

Liste des abandons

Résumé de l'étape

Sunderland et Loeb tirent leur épingle du jeu

L'œil dans l'objectif

La caravane du Dakar est maintenant bien installée au cœur de l'Altiplano bolivien. Un décor de rêve qui peut rapidement tourner au cauchemar pour les concurrents qui devront s'adapter à la grande variété de terrains proposée avec des franchissements de dunes et surtout un exercice de navigation apte à bouleverser une hiérarchie très instable en Amérique du Sud.

L'essentiel

Régulier depuis le début du rallye, Sam Sunderland attendait son heure pour faire un gros coup. Objectif brillamment atteint ce vendredi avec sa 2e victoire de spéciale sur le rallye qui lui permet de prendre les commandes du général. L'Anglais a été le seul à ne pas se perdre dans les dunes boliviennes, au contraire de Pablo Quintanilla, Xavier de Soultrait, Matthias Walkner ou Joan Barreda qui cèdent énormément de terrain. Côté quads, Kees Koolen a sorti la grosse attaque pour s'offrir sa première victoire sur le Dakar avec une large avance sur Gustavo Gallego. Chez les autos, c'est Sébastien Loeb qui fait la bonne opération du jour en s'offrant sa deuxième victoire en 2017, la 6ème de sa jeune carrière, résistant parfaitement au retour de Nani Roma en fin de spéciale qui échoue à 44 secondes. Stéphane Peterhansel prend lui les commandes du général, un classement où Mikko Hirvonen et Giniel De Villiers se font désormais largement distancer sur des erreurs de navigation. En camion, Gerard de Rooy a enchainé avec une deuxième victoire consécutive et désormais pris son rythme de croisière ainsi que la tête du rallye. C'est cette fois le Kamaz d'Eduard Nikolaev qui prend la place de dauphin, comme au général.

La perf du jour

Avec déjà quatre voitures officielles, Peugeot s'est donné les moyens de truster le podium final à Buenos Aires. Mais une cinquième 3008 DKR créé régulièrement la surprise avec un certain Romain Dumas à son volant. Le Français participe à son troisième Dakar et monte en puissance en améliorant à chaque étape son meilleur résultat en spéciale. L'ancien pilote d'endurance s'offre sur la cinquième étape un premier Top 5, à moins d'une minute de la voiture officielle de Cyril Despres. Il permet surtout à la marque au lion de placer quatre voitures dans les cinq premiers…

Coup dur

Leader incontestable du général avec plus de 18 minutes d'avance hier soir, Joan Barreda a vu le ciel lui tomber sur la tête. L'officiel HRC s'est d'abord vu infliger une pénalité d'une heure pour avoir ravitaillé en carburant en dehors de la zone autorisée, avant de connaitre l'enfer en se perdant après 150 km de spéciale. L'Espagnol cède 37 minutes au vainqueur du jour et plonge au classement général, à 1h12.

La stat

Sam Sunderland est devenu le cinquième vainqueur différent en cinq étapes chez les motos. Juan Pedrero, Toby Price, Joan Barreda et Matthias Walkner l'ont précédé et la course est aujourd'hui plus ouverte que jamais !

Réactions

014 - SAM SUNDERLAND : "Ça n'est que la cinquième journée"
« C'était encore une étape difficile même si la seconde partie a été annulée. On a eu à faire 300 km sous la pluie et dans le froid. De mon côté ça a été une bonne journée. J'avais un bon feeling ce matin au départ, je me suis bien concentré sur la navigation. Il y avait encore deux points délicats. Parfois on s'en sort, parfois on galère.. Pour moi ça c'est bien passé aujourd'hui. Hier c'était pas terrible, j'ai fait des erreurs. Aujourd'hui je m'en sors beaucoup mieux mais ça n'est que la cinquième journée. Il faut rester calme et bien concentré. »
en savoir +

Dakar Mag

Gouverner c'est prévoir

Le Dakar n'est pas une course comme les autres. Avec neuf mille kilomètres de parcours, il est rare qu'une étape ou deux n'aient pas à être modifiées en cours de route. Surtout lorsqu'on arpente des terrains aussi variés que ceux du Chaco paraguayen, de l'Altiplano bolivien ou encore de la Pampa argentine. Bien évidemment, les changements de dernière minute ne sont jamais improvisés. « Quand on fait les reconnaissances des différents secteurs sélectifs, on étudie toujours plusieurs possibilités de pouvoir couper les spéciales », explique Marc Coma, le directeur sportif du Dakar. Cela lui a été bien utile pour écourter l'étape entre Tupiza et Oruro. Après des mois de sécheresse, la Bolivie est victime depuis quelques jours de fortes averses qui ont sérieusement dégradé les pistes sur laquelle l'équipe de Marc Coma avait tracé son parcours. « Ce n'est pas la pluie tombée aujourd'hui qui nous a forcés à écourter l'étape au départ de la seconde partie de la spéciale, note le directeur sportif du rallye. Mais l'accumulation des précipitations qui ont fait monter le niveau des Rios et rendu le terrain extrêmement glissant, notamment près du Salar d'Uyuni. C'est pour cela qu'il est important d'avoir les bonnes infos météos en amont pour surveiller l'évolution des conditions du terrain. » Une mission confiée à Patrick Bilal, monsieur Météo France sur le rallye. « Quant à la décision finale, elle doit être prise avant que les premiers pilotes ne s'engagent dans le secteur chronométré afin d'éviter les problèmes sportifs », conclut Marc Coma.

Pays & Parcours

Diffuseurs TV officiels
chronos en direct
spéciale n°5 moto quad auto SSV camion
1er départ
(gmt-4)
06:0006:0008:5808:5810:58
Nombre de concurrents
départ1152867647
partis1142764547
cp 1-----
arrivée1112560545